Accueil » SYSTÈMES ET DONNÉES » FRBR : veille et expérimentations

FRBR : veille et expérimentations

Dans le cadre de la Transition bibliographique, la priorité pour les bibliothèques françaises doit consister à mettre ses catalogues en conformité avec le modèle conceptuel FRBR plutôt qu’avec le seul code RDA (dans la mesure où la structuration de l’information importe à ce jour plus que les règles de description).

En effet, des catalogues FRBRisés permettront de s’extraire de la logique de document pour fournir de l’information, à savoir des données d’autorité sur des personnes, des organisations, des concepts, des événements, etc.

Préparer son catalogue

Une des premières étapes de cette démarche consiste à bien connaître les données de son propre catalogue de bibliothèque. Mais il s’agit également de bien en maîtriser l’évolution : tant pour l’exploitation des données indispensables en provenance des agences bibliographiques que dans la production et la gestion des métadonnées créées en interne.

Pour ces raisons, le premier chantier à conduire pour la FRBRisation future de ses données, est celui de la préparation de son catalogue. L’on pourra s’inspirer pour cela des démarches récentes de la Bibliothèque publique d’information, du Réseau des Médiathèques de Montpellier Méditerranée Métropole ou du Centre Documentaire des Services du Premier Ministre.

Cet article est le verbatim d’une intervention de la Bpi lors de la journée Systèmes & Données du programme Transition bibliographique qui s’est tenue à la BnF le 9 novembre 2016. La Bpi y présentait le projet Concordance, visant à favoriser la récupération optimale des données de la BnF et à adosser ainsi le catalogue de la Bpi sur la production d’une agence bibliographique nationale porteuse de l’évolution vers les nouveaux modèles.

Tirer parti des évolutions des données et des formats

La première étape de la préparation du catalogue enclenchée, il est conseillé de suivre au plus près et dès que possible les évolutions dans les données diffusées en UNIMARC par l’ABES et la BnF. En effet, pour réaliser progressivement les promesses de la FRBRisation, en termes de modélisation et de granularité de l’information, les bibliothèques devront s’approprier au fil de l’eau les nouvelles zones et données, dans le cadre du format UNIMARC (ou INTERMARC de diffusion).

En novembre 2015, 167.000 liens manifestation-oeuvre générés par data.bnf.fr ont été versés dans les notices bibliographiques du catalogue de la BnF. Désormais, cet algorithme est rejoué tous les ans : en février 2017, 7.000 nouveaux liens ont été ajoutés de la même manière. Il s’agit donc d’un premier pas entre des notices bibliographiques (considérées comme des Manifestations) et des notices d’autorité titre (considérées comme des Œuvres).

Depuis de nombreuses années la BnF diffuse ses notices bibliographiques en les identifiant d’un numéro dit « FRBNF ». Mais de plus en plus, elle est amenée à faire valoir ses identifiants « ARK ». La nuance n’est en réalité absolument pas anecdotique. Il est donc essentiel de bien saisir les différences entre le FRBNF et l’ARK et d’en envisager l’usage pour la constitution automatique des métadonnées des catalogues des bibliothèques.

Dans une production éditoriale et un écosystème informationnel mouvants, la notion de « document » devient d’un usage de plus en plus délicat et particulièrement son « type » utilisé pour le caractériser. C’est pourquoi la zone 0 de l’ISBD ainsi que le code RDA proposent désormais de distinguer la forme du contenu du type de médiation dans deux éléments (zones 181 et 182 en UNIMARC), traduits et adaptés dès 2015 dans le code RDA-FR.

La règle RDA complète les deux éléments Type de contenu et Type de médiation, par un élément supplémentaire, le Type de support. Sans correspondance dans l’ISBD, il permet d’aller au bout de la logique de sélection des ressources documentaires par leurs modalités d’utilisation. Ces trois notions sont mieux adaptées à la mise en place de facettes ou de filtres dans une interface de recherche. La zone 183 est mise en oeuvre depuis le 18 avril 2017 au sein du réseau Sudoc mais n’est pas encore effective dans les produits BnF.

La plupart des éléments publiés en 2016 entrent en application dans le Sudoc le 18 avril 2017. Il s’agit de l’élément Type de support, et des éléments relatifs à la zone de l’adresse. Ils sont respectivement détaillés dans les synthèses « RDA-FR : Elément Type de support », et « RDA-FR : Eléments relatifs à la zone de l’adresse », accessibles depuis la page dédiée du Guide méthodologique.

Le catalogue en ligne : des données structurées et enrichies

Ces différents chantiers ne doivent pas nous faire perdre de vue les finalités de la Transition bibliographique et notamment le confort de l’usager dans les cinq grandes « tâches utilisateurs » :

  1. Trouver : Rechercher tout critère pertinent afin de rassembler des informations sur une ou plusieurs ressources présentant un intérêt ;
  2. Identifier : Comprendre clairement la nature des ressources trouvées et faire la distinction entre des ressources similaires ;
  3. Sélectionner : Déterminer l’adaptation de la ressource trouvée et choisir (en acceptant ou rejetant) des ressources spécifiques ;
  4. Obtenir : Accéder au contenu de la ressource ;
  5. Naviguer : Utiliser les relations qui existent entre une ressource et une autre pour les situer dans un contexte.

L’évolution des données doit donc s’accompagner d’évolutions au sein des sites web (OPAC) des bibliothèques, comme le proposent des éditeurs ou des solutions développées localement, comme c’est le cas pour le portail de la Bibliothèque municipale de Fresnes (Val-de-Marne).

Dans une « optique » où la notice bibliographique se virtualise entièrement et devient par conséquent uniquement constituée de liens issus de relations sémantiques, la visualisation des données afférentes devient un choix qui n’est pas influencé par un format quelconque. Il s’agit là d’une grande liberté qui est offerte, mais une fois déblayées les limites confortables qu’offre le format MARC, il est essentiel de suivre de très près les évolutions des modèles prévus dans le cadre de la transition bibliographique.

 

RDA-FR s’écarte de RDA lorsque les choix faits par RDA par rapport au modèle FRBR (et demain LRM), ont semblé erronés ou contestables pour la Transition bibliographique. En effet, le code RDA a opéré des choix d’implémentation du modèle FRBR pragmatiques par rapport aux pratiques de catalogage des AACR2 ainsi qu’à la situation des catalogues anglo-américains. C’est pourquoi la position française dans RDA-FR est de s’aligner autant que possible sur RDA mais de diverger à chaque fois qu’il n’applique pas l’implémentation de la modélisation FRBR-LRM.
Last updated: octobre 10, 2017 at 11:51

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs. En savoir plus >

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer