Le code RDA-FR est la transposition française du code RDA (Resource Description and Access), code de catalogage anglo-saxon à vocation internationale paru en 2010 et révisé en 2019. Dans le cadre de l’Afnor, le groupe Normalisation « RDA en France » de la Transition bibliographique a été mandaté pour adapter le nouveau code de catalogage aux pratiques et aux spécificités françaises. RDA-FR remplace progressivement les normes Afnor. Il s’appuie sur le modèle IFLA LRM (Library Reference Model) et définit une nouvelle approche du catalogage adaptée à l’environnement actuel des bibliothèques, dominé par le web.

À l’origine, il y a RDA…

RDA a pour objectif d’inscrire les catalogues de bibliothèques dans l’univers du web et de prendre en compte dans la pratique du catalogage la réalité de l’information numérique et l’apport de l’échange de métadonnées pour la création comme pour la diffusion de l’information bibliographique.

Ce code de catalogage fait référence aux PIC (Principes internationaux de catalogage) publiés par l’IFLA en 2009 révisés en 2016, au premier rang desquels figure le principe de confort de recherche de l’usager. Ces principes prennent en compte tous les types de ressources dont les ressources numériques, tous les types de notices et tous les modes de recherche à partir des informations contenues dans les notices. RDA permet de produire de meilleures métadonnées pour une recherche et une navigation plus performantes.

Le nouveau code de catalogage RDA s’appuie sur une modélisation conceptuelle (d’abord FRBR puis IFLA LRM) qui traite les données bibliographiques et d’exemplaires, les données d’autorité et la relation de sujet. Cette modélisation permet de distinguer des entités actuellement imbriquées dans les notices bibliographiques.

Logique de notices bibliographiques


D’une logique de notices … (présentation simplifiée des OEMI pour deux traductions)

Conformément au modèle IFLA LRM, l’information bibliographique est fondée dans RDA sur un réseau de relations entre les entités correspondant aux différents aspects présents dans toute ressource documentaire. Par exemple, la publication par 10-18, en 2018, d’Une chambre à soi est la manifestation d’une expression de l’œuvre de Virginia Woolf A room of one’s own dans la traduction de Clara Malraux datant de 1951. Une publication par Denoël, en 2015, d’Un lieu à soi est la manifestation d’une autre expression de la même œuvre dans la traduction de Marie Darrieussecq datant de 2015. La relation de sujet (indexation matière ou Dewey) se fera uniquement au niveau de l’œuvre. Le catalogueur n’aura plus à « réinventer » une indexation déjà créée pour cette œuvre.

Le code RDA en anglais et ses traductions sont intégrés dans RDA Toolkit, plateforme numérique payante.

Voir aussi :

RDA-FR, la contribution française à RDA

Les évolutions du code de catalogage et les modalités de sa mise en œuvre en Europe sont discutées au sein du groupe Eurig (European RDA Interest Group), qui représente l’Europe au niveau du comité RSC (RDA Steering Committee), et par la participation directe à des groupes de travail du RSC. Cette mise en œuvre est pilotée par le groupe Normalisation « RDA en France » de la Transition bibliographique.

Si le code RDA-FR s’inspire directement de RDA, il en demeure distinct du fait des divergences d’implémentation du modèle qui existent entre les deux codes.

Pourquoi transposer RDA en RDA-FR ?
En 2012, le Rapport d’orientation pour le CSB appuyait cette décision sur les considérations suivantes :

  • RDA est jugé trop proche des anciennes règles de catalogage américaines (AACR2) ;
  • le point de vue anglo-saxon est prédominant (traitement différent en France des noms géographiques ou des œuvres juridiques où le droit américain prévaut, etc) ;
  • les règles pour décrire certains types de ressources (audiovisuelles, images fixes, par exemple) semblent insuffisantes en France pour identifier clairement une ressource ;
  • certains choix de modélisation faits par RDA, notamment dans le traitement des agrégats, semblent coûteux et peu cohérents avec le traitement des autres ressources ;
  • la France pratique depuis longtemps les liens entre notices dans ses catalogues et ne veut pas régresser en adoptant des règles qui ignorent les conséquences pratiques de liens effectifs.

Le code RDA-FR est organisé en neuf sections. La publication des nouvelles règles de catalogage se fait progressivement selon des priorités établies en fonction des besoins concrets en catalogage. La rédaction et la transposition s’effectuent en sous-groupe, dans lesquels tous les types de bibliothèques sont représentés, travaillant sur une ou plusieurs entités.

Les éléments publiés sont disponibles en ligne gratuitement.

La mise en production de ces nouvelles règles se fait au niveau national, selon un calendrier commun défini par les agences bibliographiques nationales (Abes et BnF) et en collaboration étroite avec le CfU, l’application de ces nouvelles pratiques exigeant une évolution du format national d’échange de données. Ainsi, la publication du chapitre 9 de la Section 3 de RDA-FR remplace la partie consacrée aux noms de personne de la norme Afnor NF Z 44-061 (Juin 1986) Documentation – Catalogage – Forme et structure des vedettes noms de personnes, des vedettes titres, des rubriques de classement et des titres forgés.

Logique d'entités et de relations

… à une logique d’entités et de relations (catalogage par entités OEMI appliquant les règles RDA-FR)

 

Last updated: avril 2, 2021 at 16:16