La structuration des données du catalogue est en train d’évoluer pour favoriser la recherche d’information sur le web, où l’internaute s’intéresse d’abord à des personnes, des œuvres ou des lieux avant de vouloir localiser des documents. Le modèle IFLA LRM est la clé de voûte de cette réforme.

Description du modèle IFLA LRM

Le modèle IFLA LRM (Library Reference Model / Modèle de référence pour les bibliothèques) a été publié par l’Ifla en 2017. Ce modèle conceptuel, offrant une représentation schématique de l’activité des bibliothèques, est orienté vers les besoins des utilisateurs. Il est conçu pour être facilement transposable dans les technologies du web.

À terme, les notices bibliographiques seront amenées à être remplacées par un réseau d’entités et de relations entre ces entités, qui seront plus visibles sur le web. Une voie est ouverte vers une interopérabilité accrue des données des catalogues de bibliothèques.

Schéma du modèle IFLA LRM
Schéma du modèle IFLA LRM, © Transition bibliographique

 

Le modèle IFLA LRM au fondement de RDA

Le code de catalogage RDA s’est d’abord appuyé sur les modèles conceptuels développés par l’Ifla pour l’univers bibliographique : FRBR (Functional Requirements for Bibliographic Records / Fonctionnalités requises des notices bibliographiques), FRAD (Functional Requirements for Authority Data / Fonctionnalités requises des données d’autorité) et FRSAD (Functional Requirements for Subject Authority Data / Fonctionnalités requises des données d’autorité matière).

En 2010, l’Ifla a entrepris d’intégrer FRBR / FRAD / FRSAD en un seul modèle en résolvant les incohérences qui existaient entre ces modèles développés séparément. Cela a abouti au modèle IFLA LRM.

Last updated: février 18, 2021 at 10:24