Accueil » SYSTÈMES ET DONNÉES » Intérêt et usages des zones 181 / 182

Intérêt et usages des zones 181 / 182

Dans une production éditoriale et un écosystème informationnel mouvants, la notion de « document » devient d’un usage de plus en plus délicat et particulièrement son « type » utilisé pour le caractériser. C’est pourquoi la zone 0 de l’ISBD ainsi que le code RDA proposent désormais de distinguer la forme du contenu du type de médiation dans deux éléments, traduits et adaptés dès 2015 dans le code RDA-FR.

Livre numérique, visuel pour la page sur l'intérêt et les usages des zones 181 et 182

(Livre numérique CC BY-NC Elliot Lepers pour OWNI.fr, source : Flickr)

Mutation de l’information et de ses supports

Jusqu’à présent, l’ISBD proposait un ensemble de valeurs que l’on retrouvait sous l’élément « Indication générale du type de ressource » (terminologie qui avait déjà remplacé « type de document » pour les raisons évoquées) dans les zones 245 $d en INTERMARC, et 200 $b en UNIMARC.

Cette valeur facultative et répétable dans la zone 200, présentée sous forme textuelle, a pour zone connexe le label de la notice (position 6) dans les notices fournies par les agences bibliographiques en format UNIMARC de diffusion.

Mais l’inconvénient de l’actuelle liste de valeurs est d’introduire une confusion entre la forme sous laquelle l’information est véhiculée – par exemple, s’agit-il de texte ou de sons ? – et le média – ou son absence – requis pour accéder à ladite information – par exemple, doit-on disposer d’un lecteur audio ou d’un ordinateur ?-. On constate que ces deux notions sont plus ou moins mêlées actuellement, voire tout simplement absentes.

Par exemple, la notice d’un texte dans sa version imprimée aura la valeur « $b Texte imprimé » tandis que la notice du même texte dans sa version électronique (e-book) aura la valeur « $b Ressource électronique ».

Cette représentation pose au moins deux problèmes pour nos catalogues et nos utilisateurs :

  • telle qu’elle est construite, elle ne permet pas de proposer une facette permettant de signaler toutes les ressources textuelles et d’en proposer l’accès via des collections physiques ou a contrario via des collections électroniques ;
  • le terme même de « Ressource électronique » ne permet pas de savoir s’il s’agit d’un texte, de sons, d’images, etc. voire d’une combinaison.

La Transition bibliographique, une réponse à ces défis nouveaux

Dans un contexte de migration de l’information vers des formats et supports multiples, induisant parfois des dispositifs techniques spécifiques pour y accéder (à l’exclusion des autres), nos métadonnées étaient à l’étroit pour décrire correctement la diversité de nos ressources. Cette problématique se pose avec d’autant plus de force depuis l’apparition de produits éditoriaux nouveaux, spécifiquement conçus pour et avec l’environnement numérique, lui-même en constante mutation.

Une évolution majeure s’imposait donc pour mieux qualifier nos données mais aussi garantir leur ouverture vers d’autres communautés éditoriales et leur interopérabilité avec d’autres standards de métadonnées.

C’est pourquoi la zone 0 de l’ISBD ainsi que le code RDA proposent désormais de distinguer la forme du contenu du type de médiation dans deux éléments, traduits et adaptés dès 2015 dans le code RDA-FR.

À l’ABES, les éléments Type de contenu type de médiation sont intégrés dans le SUDOC depuis novembre 2014 et sont documentés dans le Guide méthodologique du SUDOC.

À la BnF, ces nouveaux éléments ont été intégrés progressivement dans les circuits de catalogage courant depuis février 2016. Depuis le 4 juillet 2016, ils sont obligatoires dans le catalogage courant de la BnF dans son Catalogue général pour tous les types de documents et de leurs filières d’entrée. Une fiche du Guide pratique du Catalogueur « Type de contenu et type de médiation » présente les modalités d’application à la BnF.

Le groupe national Formation de la Transition bibliographique a entamé une campagne de formation des catalogueurs. Le support pédagogique « Type de contenu type de médiation » (Voir partie 2 du cursus « Application des règles de catalogage RDA-FR publiées en 2015 ») permet d’introduire les nouvelles zones 181 et 182 en UNIMARC (et 051 en INTERMARC) et d’en cerner les usages et subtilités. Il constitue une source précieuse pour se familiariser avec la nouvelle terminologie.

Anticiper les évolutions des produits bibliographiques

Les éléments Type de contenu type de médiation ont de fortes incidences sur le format INTERMARC/B et UNIMARC/B, et nous invitons donc les administrateurs et éditeurs de SIGB à en prendre attentivement connaissance.

À la BnF, la nouvelle zone créée commencera à être exportée dans les produits bibliographiques courants en UNIMARC et en INTERMARC en été 2016. Elle sera présente dans la Bibliographie nationale française à partir de janvier 2017. Le calendrier de son implémentation dans les produits rétrospectifs reste à définir. Pour en savoir plus, consulter la page dédiée sur bnf.fr.

Pour le SUDOC, ces nouvelles zones sont déjà obligatoires et exportées comme évoqué plus haut.

In fine, ce sont bien les enjeux du web de données et du modèle FRBR qui sous-tendent cette évolution, puisque l’ambition est d’offrir aux usagers une optimisation des cinq tâches utilisateur: Trouver, Identifier, Sélectionner, Obtenir, Naviguer.

Les potentialités offertes par ces zones sont très riches, tant pour la gestion des ressources de la bibliothèque que pour les multiples modalités d’accès qu’elles proposent via le catalogue (tri, facettes, etc.), dans la mesure bien sûr où l’interface publique affiche en front-office des libellés adaptés aux stratégies de recherche des utilisateurs.

L’implémentation de la zone 0 de l’ISBD dans les deux principaux formats de production en France est donc amenée à mobiliser l’attention et les capacités d’assimilation des administrateurs de SIGB, et appelle nécessairement des efforts d’adaptation et d’innovation chez les éditeurs de SIGB et de portails.

La forme du contenu et le type de médiation sont complétés dans RDA par un 3e élément : le type de support (RDA § 3.3), correspondant également à une donnée codée et dont la transposition dans RDA-FR est en cours de finalisation. Les trois éléments étant conçus comme un ensemble, il est indispensable pour les administrateurs et les éditeurs d’anticiper cette future zone (183 en UNIMARC). On pourra également se référer à l’article très pédagogique et dédié à ces trois zones, du blog de l’ABES consacré à RDA.

En complément des experts de la BnF et de l’ABES sur l’usage de ces zones, le groupe national Systèmes et données peut également être sollicité pour éclairer, accompagner voire porter un regard sur les ré-utilisations par les différents acteurs du marché.

Last updated: juillet 13, 2016 at 9:34

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies ou autres traceurs. En savoir plus >

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer